Le VoLAB quitte la Maison des Cultures et Langues du Monde de Vauréal.

Le VoLAB était hébergé à la Maison des Cultures et des Langues du Monde à Vauréal. Après avoir fait le constat que le mode de fonctionnement de ce lieu ne correspondait pas à nos attentes et pour ne pas laisser la situation se dégrader, nous avons pris la décision de fermer temporairement le VoLAB. Nous allons profiter de cette pause pour trouver un local plus adapté à nos besoin et principalement celui de pouvoir accueillir du public.

Ce week-end nous avons entièrement vidé le lab. Le matériel personnel est reparti, pour la plupart, chez chacun de ses propriétaires respectifs et le matériel commun a trouvé asile à L’Electrolab à Nanterre.

Un immense merci à eux, pour leur générosité en cette période chaotique pour eux de d’aménagement du lab.v2. Avec cette parole de Crafty : « mi casa es su casa », c’est juste énorme. Le plus fort dans tout ça c’est que ces gens là trouvent ça tout naturel ! L’Electrolab a cela dans ses gênes.

 

La suite chef ?

Nous allons maintenant chercher un nouveau local en espérant que cela ne sera pas trop long afin que la cohésion de l’équipe n’en souffre pas. Affaire à suivre…

 

Le Conseil d’Administration de VoRoBoTics porteur du projet VoLAB.

Des nouvelles de Vor02 et du VoLab

Vor02 va mieux.

Il y a quelque mois, Vor02 a donné son moteur au bras robotisé de l’Electrolab pour la coupe de France de robotique ; le laissant immobile et triste. S’en suivis des séances à tester différent moteur d’imprimante (papier), pour finir sur une solution viable, le moteur et son démultiplicateur planétaire de visseuse à bas prix de chez Leroy Merlin.

J’ai réalisée une pièce pour tenir le moteur, Pierre m’a fait une pièce en alu pour tenir l’assemblage sur le chassis en mécano .Un domino d’électricien par ci, des câbles par là, un collier et voilà Vor02 est de retour !

Entre temps, j’ai réalisé 4 pièces pour une table basse que nous avons vendus $_$ et fait des bidouilles (montage d’un cable USB explosé). La première version du pickguard (ou scratchplate) pour ma guitare à gauche, et la seconde à droite, réalisé avec l’aide de Pierre.

Une grenouille lumineuse et sa boite (un NE555 bientot ?)

Pierre et Julien ont finis la conception de l’impressionnant Vor5, l’hexapode.

Nous avons aussi découvert un défaut d’usure sur la Prusa. Un des support de roulement vertical maintenant le moteur de l’axe y à beaucoup de jeu. La pièce sera changée prochainement. En ce moment, Joël travail sur le câblage de l’extrudeur de la Prusa pour que nous puissions le changer rapidement.

 

Et pour finir, toutes nos imprimantes en plein travail.

Des nouveaux petons pour notre Wity

Les pieds de notre Witbox fournis par BQ n’ont pas supportés un petit voyage en voiture.

It is dead !

Le peton fautif !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux millimètre à peine de matière en dessous c’est pas assez. En même temps c’est pour nous forcer à créer par nous même !

Qu’à cela ne tienne Pierre s’est chargé de les re-designer. Et voici le résultat.

Vue 3D

Vue 3D

Une vue en transparence pour montrer où on a ajouter de la matière.

Vue en transparence.

Vue en transparence.

 

On est tellement pressé qu’on n’a même pas fait de photo avant de les monter pour vous les montrer !

 

Pied en place avec zoli n'éclairaze bleu

Pied en place avec zoli n’éclairaze bleu

 

Et en prime le fichier STL : wityfit

Une belle rencontre

Dans le cadre de la semaine de la recherche et de l’inovation (SRI) organisée par le CEEVO/CESE95 et en particulier par Magali Terrasson que je tiens à remercier tout particulièrement, nous avons fait la rencontre de la société Premium Computer Service et de Jacques et Sébastien. Premium, société française basée à Gonesse vient de se lancer dans la commercialisation d’une imprimante 3D : la Witbox de chez BQ, fabricant Espagnol. J’ai pu voir fonctionner cette imprimante toute l’après-midi alors que ma Prusa i3 était en rade suite à la destruction du fin de course de l’axe Z pendant le transport argl ! J’avoue, elle m’a séduit. Couleur Jaune (mais existe aussi en noir et en blanc). Elle coute moins de 1700€ en version simple extruder et moins de 1900€ pour un double extruder (cf http://www.premium-computer.fr/index.php?page=imprimante3d-tarifs) avec son immense plateau de 297 x 210 (eh ! Oui un format A4) x 200 de haut. Sa facilité de chargement avec un extruder compact à extrusion directe. Sa facilité de réglage du zéro, le fait qu’elle soit entièrement carénée, qu’on puisse les empiler. Quand une Makerbot avec un plateau plus petit coute 2500$ ! Mais ce n’ai pas tout. Premium garanti son produit 2 ans et on a un vrai interlocuteur en France, disponible et accueillant.

Bref, j’ai été tellement séduit par tout ça que j’étais près à m’en acheter une à titre personnel. J’en ai parlé au CA de VoRoBoTics… Il m’en tous suivi, même ceux pour qui financièrement c’est pas toujours forcément évident et je leur adresse à tous les 4 un immense merci. Surtout qu’il n’ont pas vu le produit avant de l’acheter. Ils se sont décidés en moins d’une heure pour ne pas dire en quelques secondes.

Avec Xav et Ju, on s’est décidé à l’Electrolab Vendredi à 1heure du mat. J’ai envoyé un mail Vendredi matin à 2h00 en expliquant qu’il me fallait une machine pour le lendemain à cause du Repair’Café 95 organisé par Koffi, Stéphanie, Frédérique et tous les Repair’Acteurs 😉 et la mairie de Vauréal. J’ai consultés mes 2 autres camarades dans la journée. J’ai été chercher la machine Vendredi de 17h45 à 22h45 (oui nousImg_3509_resized10pc sommes très bavard Jacques, Sébastien et moi). D’ailleurs, le courant est tellement bien passé que nous sommes devenus partenaires. Et ce n’est pas ce qui dicte mes lignes. Si la machine a des défauts, je ne manquerai pas de le dire.

La machine a tourné toute la journée et tard dans la soirée sans jamais défaillir. Au cours de ce Repair’Café, nous avons pu informer des dizaines de personnes sur l’impression 3D et les fablab. Bon avec tout ça, j’ai pas réparé beaucoup d’objets (désolé Koffi et les autres).

Seule ombre au tableau,c’est que depuis c’est l’invasion des grenouilles 😉

Chapitre II – Une pièce de A à Z

Après avoir conçu une nouvelle pièce, aux bonnes cotes et imprimé avec la nouvelle extrudeuse voici le résultat :

 

Des nouveaux problèmes apparaissent lors du montage. Le trou placé au centre du cylindre pour emprisonné l’axe est trop petit, de quelque pouillièmes de millimètre. Malgré une marge qui me paraissait raisonnable d’un demi millimètre à la conception.

Après avoir joué de la queue de rat, rien n’y fait, il faut toujours forcer pour faire passer l’axe avec le pistolet.

De retour au lab, je coince un foret à bois dans un étaut, et c’est parti pour aggrandir le trou. Je n’ai pas utilisé de perceuse, car l’échauffement dut à la vitesse aurait fait fondre l’abs.

Pour ce qui est des trous pour les écrous, j’ai dut utiliser un marteau. Mais le résultat final et fonctionnel.

Certes, j’ai commis des erreurs, les trous étaient tous à la bonne cote, mais une petite marge d’un milimetre m’aurait éviter pas mal de désagrément. Quant au placement des écrous, j’aurais dut les faire plus proche de l’axe pour que la pression exercée soit appliquer sur plus de matière. Mais le fusil s’arme correctement et de grands enfants peuvent reprendre leur petite bataille, sans défaillance de leur armement : )

Histoire d’une pièce – Chapitre 1

Il était une fois, le mod d’un fusil Nerf. Un fusil Nerf ressemblant à un fusil de sniper, le LongStrike. Mais ce LongStrike ne tenait pas ces promesses et tirait les fléchettes aussi loin qu’un petit pistolet de la même marque. Alors de jeunes gens intrépides entreprirent de changer les ressors actionnant le mécanisme de sa pompe. Ce fut un succès, les fléchettes étaient envoyées loin et assez précisément.

Mais ces modifications ont endommagés le système d’armement. Alors votre serviteur a commencé à modéliser la pièce en défaut, tout en tentant de combler les défauts. Après un petit workshop de modélisation avec Julien, qui lui même tient son savoir du  Grand FabLabeur Joël, je suis arrivé à un résultat satisfaisant.

La pièce achevée en 14 minutes :

Et pour une première, tentative, j’étais très fière. Mais je n’avais pas penser à tout. Pour visser cette nouvelle pièce à l’axe, il fallait de la matière. Après m’être concerté avec les membres du VoLab, une solution a été élaborée, mais la réparation ne serait pas invisible comme je l’avais prévu.

Il me reste maintenant à concevoir la nouvelle pièce. Mais la buse de notre Prusa 3 est au plus bas. Sa buse permettant de chauffer le filament est cassée. Une pièce de remplacement a été trouver. Nous espérons que la greffe prendra.

 

News et Réussites du VoLab

Je prend la suite de Joël pour vous donner des nouvelles du premier fablab du Val d’Oise.

Le VoLab à maintenant 3 semaines, et nous avons déjà crée une nouvelle norme, le Jean-Michel Apeupre ou JMAPP for short. Rien de mieux que pour illustrer mon propos que les photos d’un superbe hack de téléphone portable, pour en faire un smartphone, à la manière Jean-Michel Apeupret.

Voici le JMAPP Phone, un téléphone qui téléphone et un organizer moderne. Cet outil accompagne JM au quotidien.

JMAPP phone

JMAPP Phone

 

Plus sérieusement, nos premiers troues à la dremel sur colonne, de l’alimentation stabilisée, et de l’imprimante 3D dans l’espace My Little FabLab.

Dremel sur colonne

L’alimentation régulé sur un moteur

Qui a après de longues heures de travail fonctionne de nouveau (elle avait perdu le 0). Au programme du week-end dernier, un workshop de modélisation 3D, l’installation de debian sur deux ordinateurs portables, réparations diverses et pléthores de hacks (hack de planche, de boite, de stylos)

Programmation AVR/ARDUINO en assembleur

Nous nous sommes lancé dans la programmation des micro contrôleur AVR-8bits (ceux des Arduino entre autres) via un programmateur sur bus SPI. L’idée est de se passer de la carte arduino.

Nous avons donc acheter des dongles USBasp sur ebay. Ils ont l’avantage d’être bon marché. N’y connaissant pas grand chose en la matière nous nous sommes tourné vers le site du fabricant ATMEL pour y trouver un environnent de développement. Chose facile ATMEL fournir AVRStudio gratuitement : génial !

Première déception : nos USBasp ne sont pas compatibles avec AVRStudio

 

 

Qu’à cela ne tiennent nous avons cherché, cherché, cherché… et avons décidé d’utiliser avr-gcc coontenu dans Winavr.

Aujourd’hui, nous avons réussi à écrire une petit programme en assembleur et à l’écrire dans un ATMega328P (celui de l’Arduino UNO). Nous maîtrisons bien ard-dude, avr-objdump, avr-objcopy.

Nous sommes en train d’écrire un tuto qui explique tout de A à Z

Pierre &  Joel

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

Inauguration de l’EcoDesignLab

Une petite visite sympatique d’un nouveau Lab à Montreuil (ce n’est qu’à 30 minutes de nous quand ça roule bien)

Le coin 3D: (dans les objets imprimés, il y a un intrus. Lequel ?)

20140203_191107Coin3D_reduced20pc

L’atelier bois:

20140203_191209_Atelier_reduced20pc

Exemple d’établi créé et fabriqué dans ce lab particulier assis sur un gisement de matière première de 300 tonnes par an (on en veut aussi).

20140203_191253Etabli_reduced20pc

Il y a aussi d’autre matériaux disponibles dans ce gisement:

20140203_191228Materiaux_reduced20pc

Tiens ça me rappelle quelque chose ça :

20140203_191144Tiens_reduced20pc

Comme vous l’aurez compris sans doute, nos amis sont plutôt orienté bois plus qu’Arduino. Un bon complément pour nous.

Je dis : longue vie à l’EcodesignLab !