Ce soir au VoLAB : Neopixel ou la programmation du WS2812

Afin de préparer un projet commercial, ce soir nous nous sommes familiarisé avec les anneaux de LED neoPixel de chez Adafruit. Commandé chez Snootlab dimanche et arrivés ce matin. Nickel !

20140723_231126NeoPixelEn fait de neoPixel, c’est surtout le composant WS2812 de chez World-Semi qui fait tout le boulot. Mais il faut avoué que le boulot fait par Adafruit sur la librairie Arduino est plutôt des plus sympathique. 16 million de couleurs par LED, chaque LED adressable individuellement tout ça avec un seul fil ! ça tiens du prodige ! Je qualifierais bien le protocole utilisé de génial si j’osais.

 

La charte des fablab et le VoLAB

Nous avons pris la décision de nous rapprocher encore un peu plus du réseau des fablab en affichant sa charte sur le site et dans le lab.

Charte fablab

La charte

Prochainement sur la liste internationale des fablabs.

Nous avons encore du chemin à parcourir pour atteindre le AAAA mais nous avons bon espoir.

Et surtout nous ne voulons pas nous limiter à cela …

 

 

 

Ré-Ouverture du VoLab

Après deux mois de fermeture, le Volab ré-ouvre à Vauréal.
Grâce aux recherches énergiques de Joël, nous disposons maintenant de près 100m² de locaux pouvant recevoir du publique. Ce nouveau Lab est divisé en 4 zones :
• Technique, pour l’informatique et l’électronique
• Bricolage, pour les travaux manuels
• PCB, pour la manufacture des circuits imprimés
• Zone convivialité, pour les repas, le blabla et informatique

Nous ré-ouvrons nos portes rue de l’orée du bois à Vauréal, près de l’Agora dès le mardi 8 juillet à 20h.

Pour ce nouvel emménagement nous cherchons les objets suivants :
-Frigo
-Porte manteau
-Chaises
-Une table de jardin ovale

Nous espérons vous y voir, à très bientôt : )

Pour venir clic ici

 

Le VoLAB quitte la Maison des Cultures et Langues du Monde de Vauréal.

Le VoLAB était hébergé à la Maison des Cultures et des Langues du Monde à Vauréal. Après avoir fait le constat que le mode de fonctionnement de ce lieu ne correspondait pas à nos attentes et pour ne pas laisser la situation se dégrader, nous avons pris la décision de fermer temporairement le VoLAB. Nous allons profiter de cette pause pour trouver un local plus adapté à nos besoin et principalement celui de pouvoir accueillir du public.

Ce week-end nous avons entièrement vidé le lab. Le matériel personnel est reparti, pour la plupart, chez chacun de ses propriétaires respectifs et le matériel commun a trouvé asile à L’Electrolab à Nanterre.

Un immense merci à eux, pour leur générosité en cette période chaotique pour eux de d’aménagement du lab.v2. Avec cette parole de Crafty : « mi casa es su casa », c’est juste énorme. Le plus fort dans tout ça c’est que ces gens là trouvent ça tout naturel ! L’Electrolab a cela dans ses gênes.

 

La suite chef ?

Nous allons maintenant chercher un nouveau local en espérant que cela ne sera pas trop long afin que la cohésion de l’équipe n’en souffre pas. Affaire à suivre…

 

Le Conseil d’Administration de VoRoBoTics porteur du projet VoLAB.

Des nouvelles de Vor02 et du VoLab

Vor02 va mieux.

Il y a quelque mois, Vor02 a donné son moteur au bras robotisé de l’Electrolab pour la coupe de France de robotique ; le laissant immobile et triste. S’en suivis des séances à tester différent moteur d’imprimante (papier), pour finir sur une solution viable, le moteur et son démultiplicateur planétaire de visseuse à bas prix de chez Leroy Merlin.

J’ai réalisée une pièce pour tenir le moteur, Pierre m’a fait une pièce en alu pour tenir l’assemblage sur le chassis en mécano .Un domino d’électricien par ci, des câbles par là, un collier et voilà Vor02 est de retour !

Entre temps, j’ai réalisé 4 pièces pour une table basse que nous avons vendus $_$ et fait des bidouilles (montage d’un cable USB explosé). La première version du pickguard (ou scratchplate) pour ma guitare à gauche, et la seconde à droite, réalisé avec l’aide de Pierre.

Une grenouille lumineuse et sa boite (un NE555 bientot ?)

Pierre et Julien ont finis la conception de l’impressionnant Vor5, l’hexapode.

Nous avons aussi découvert un défaut d’usure sur la Prusa. Un des support de roulement vertical maintenant le moteur de l’axe y à beaucoup de jeu. La pièce sera changée prochainement. En ce moment, Joël travail sur le câblage de l’extrudeur de la Prusa pour que nous puissions le changer rapidement.

 

Et pour finir, toutes nos imprimantes en plein travail.

Des nouveaux petons pour notre Wity

Les pieds de notre Witbox fournis par BQ n’ont pas supportés un petit voyage en voiture.

It is dead !

Le peton fautif !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux millimètre à peine de matière en dessous c’est pas assez. En même temps c’est pour nous forcer à créer par nous même !

Qu’à cela ne tienne Pierre s’est chargé de les re-designer. Et voici le résultat.

Vue 3D

Vue 3D

Une vue en transparence pour montrer où on a ajouter de la matière.

Vue en transparence.

Vue en transparence.

 

On est tellement pressé qu’on n’a même pas fait de photo avant de les monter pour vous les montrer !

 

Pied en place avec zoli n'éclairaze bleu

Pied en place avec zoli n’éclairaze bleu

 

Et en prime le fichier STL : wityfit

Une belle rencontre

Dans le cadre de la semaine de la recherche et de l’inovation (SRI) organisée par le CEEVO/CESE95 et en particulier par Magali Terrasson que je tiens à remercier tout particulièrement, nous avons fait la rencontre de la société Premium Computer Service et de Jacques et Sébastien. Premium, société française basée à Gonesse vient de se lancer dans la commercialisation d’une imprimante 3D : la Witbox de chez BQ, fabricant Espagnol. J’ai pu voir fonctionner cette imprimante toute l’après-midi alors que ma Prusa i3 était en rade suite à la destruction du fin de course de l’axe Z pendant le transport argl ! J’avoue, elle m’a séduit. Couleur Jaune (mais existe aussi en noir et en blanc). Elle coute moins de 1700€ en version simple extruder et moins de 1900€ pour un double extruder (cf http://www.premium-computer.fr/index.php?page=imprimante3d-tarifs) avec son immense plateau de 297 x 210 (eh ! Oui un format A4) x 200 de haut. Sa facilité de chargement avec un extruder compact à extrusion directe. Sa facilité de réglage du zéro, le fait qu’elle soit entièrement carénée, qu’on puisse les empiler. Quand une Makerbot avec un plateau plus petit coute 2500$ ! Mais ce n’ai pas tout. Premium garanti son produit 2 ans et on a un vrai interlocuteur en France, disponible et accueillant.

Bref, j’ai été tellement séduit par tout ça que j’étais près à m’en acheter une à titre personnel. J’en ai parlé au CA de VoRoBoTics… Il m’en tous suivi, même ceux pour qui financièrement c’est pas toujours forcément évident et je leur adresse à tous les 4 un immense merci. Surtout qu’il n’ont pas vu le produit avant de l’acheter. Ils se sont décidés en moins d’une heure pour ne pas dire en quelques secondes.

Avec Xav et Ju, on s’est décidé à l’Electrolab Vendredi à 1heure du mat. J’ai envoyé un mail Vendredi matin à 2h00 en expliquant qu’il me fallait une machine pour le lendemain à cause du Repair’Café 95 organisé par Koffi, Stéphanie, Frédérique et tous les Repair’Acteurs 😉 et la mairie de Vauréal. J’ai consultés mes 2 autres camarades dans la journée. J’ai été chercher la machine Vendredi de 17h45 à 22h45 (oui nousImg_3509_resized10pc sommes très bavard Jacques, Sébastien et moi). D’ailleurs, le courant est tellement bien passé que nous sommes devenus partenaires. Et ce n’est pas ce qui dicte mes lignes. Si la machine a des défauts, je ne manquerai pas de le dire.

La machine a tourné toute la journée et tard dans la soirée sans jamais défaillir. Au cours de ce Repair’Café, nous avons pu informer des dizaines de personnes sur l’impression 3D et les fablab. Bon avec tout ça, j’ai pas réparé beaucoup d’objets (désolé Koffi et les autres).

Seule ombre au tableau,c’est que depuis c’est l’invasion des grenouilles 😉

Chapitre II – Une pièce de A à Z

Après avoir conçu une nouvelle pièce, aux bonnes cotes et imprimé avec la nouvelle extrudeuse voici le résultat :

 

Des nouveaux problèmes apparaissent lors du montage. Le trou placé au centre du cylindre pour emprisonné l’axe est trop petit, de quelque pouillièmes de millimètre. Malgré une marge qui me paraissait raisonnable d’un demi millimètre à la conception.

Après avoir joué de la queue de rat, rien n’y fait, il faut toujours forcer pour faire passer l’axe avec le pistolet.

De retour au lab, je coince un foret à bois dans un étaut, et c’est parti pour aggrandir le trou. Je n’ai pas utilisé de perceuse, car l’échauffement dut à la vitesse aurait fait fondre l’abs.

Pour ce qui est des trous pour les écrous, j’ai dut utiliser un marteau. Mais le résultat final et fonctionnel.

Certes, j’ai commis des erreurs, les trous étaient tous à la bonne cote, mais une petite marge d’un milimetre m’aurait éviter pas mal de désagrément. Quant au placement des écrous, j’aurais dut les faire plus proche de l’axe pour que la pression exercée soit appliquer sur plus de matière. Mais le fusil s’arme correctement et de grands enfants peuvent reprendre leur petite bataille, sans défaillance de leur armement : )